suivez le blog sur facebook restez alerté sur twitter recevez les derniers articles par RSS
mar 052009
 

090225_laith

Voici une histoire qui ravira aussi bien les admirateurs de la générosité américaine que les détracteurs du capitalisme sauvage. Un autre exemple des (nombreux) paradoxes de la société américaine.

Laith Dougherty est un bébé de deux mois né à Portland, Oregon, avec un grave dysfonctionnement cardiaque. Estimé à 1,5 million de dollars, le coût de l’opération nécessaire à sa survie dépasse très largement le maximum pris en charge par l’assurance médicale de ses parents, et aucun hôpital qualifié de l’Oregon à la Californie n’a accepté de réaliser l’intervention chirurgicale requise sans avance sur les frais.

Le 2 mars dernier, avec l’aide de quelques blogueurs indignés, Laith a finalement été admis au Children’s Hospital de Pittsburgh, Pennsylvanie, qui s’est porté volontaire pour le sauver, à ses frais. Non seulement par générosité, mais aussi parce que c’est un hôpital qui affiche un taux de 90% de réussite pour ce type d’opération et l’un des rares du pays capable d’implanter une mini-pompe cardiaque adaptée à la petite taille du patient en attendant une transplantation.

Le paradoxe est que les parents de Laith auraient pu bénéficier d’une prise en charge gratuite par l’Etat s’ils avaient été suffisament … pauvres. Drôle de système où – à défaut de naître millionaire – mieux vaut naître sans abris pour s’assurer une bonne santé.

Barack Obama lançait aujourd’hui à la Maison Blanche des états généraux pour la réforme du système de santé américain. Peut-être la fin du paradoxe.

Je souhaite longue vie à Laith, qui a vraiment touché … mon coeur !

 Réagir à cet article

(required)

(required)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>