suivez le blog sur facebook restez alerté sur twitter recevez les derniers articles par RSS
mai 182012
 

Facebook a fait son entrée au NASDAQ cette semaine, et « en quelques secondes » (ou « après une idée géniale et 8 ans de travail », suivant comment on se sent à l’aise avec das Kapital), Mark Zuckerberg s’est enrichi de dix neuf milliards de dollars. C’est la nouvelle valeur de sa participation dans la société, dont la capitalisation boursière est désormais évaluée à $106 milliards. Mazette. Je sais pas pour vous, mais moi ça me laisse songeur. Trois questions me trottent dans la tête depuis quelques jours…

1. Combien de fonctionnaires Zuckerberg pourrait-il employer ?

S’il avait créé Facebook il y a 8 ans, François Hollande pourrait aujourd’hui la revendre et financer 60 000 emplois de fonctionnaires pendant 40 ans sans énerver la droite, ou effacer 10% de la dette de la Grèce sans énerver Angela, et profiter d’une bonne rente en bonus. Ben oui, la Grèce n’a « que » 1000 milliards de dette, et un salaire moyen de $40.000 x 40 ans x 60.000 fonctionnaires, ça ne fait que 96 milliards. Mais bon, en 2004 fallait aussi s’occuper de la Corrèze, de Ségolène et tout ça. Pouvait pas savoir.

2. Pourquoi Zuckerberg reste-t-il en Californie ?

En payant leur taxe sur les plus-values boursières en Californie, les 1000 employés-actionnaires de la société de Palo Alto viennent d’offrir environ deux milliards de dollars au budget de l’Etat de Californie. A lui seul, Zuckerberg payera environ 195 millions de dollars d’impôt en Californie cette année. C’est l’équivalent de la totalité de la recette annuelle estimée de l’impôt à 75% sur les revenus de plus d’un million d’euros proposé par le nouveau président français.

3. Pourquoi Zuckerberg n’est-il pas né en Europe ?

Pourquoi une idée aussi « sociale » et pas chère que Facebook est-elle née à Harvard plutôt qu’à Dauphine? Pourquoi Mark Zuckerberg, Bill Gates, Steve Jobs, Larry Ellison, Michael Dell, Larry Page et Sergei Brin ? Pourquoi Apple et pas Goupil ou Nixdorf ? Y a un truc dans les biberons ou quoi ?

Et puis une quatrième tiens:

Combien valent votre date de naissance et vos secrets intimes sur Facebook ? Si on met de côté la valeur du petit matos, Facebook vient de valoriser chacun de ses 900 millions d’utilisateurs à un peu plus de 117 dollars pièce. Va falloir que vous soyez bien sympa avec les liens sponsorisés pour rentabiliser !

  7 commentaires pour “Trois petites choses qui me tracassent…”

  1. Moi, ce qui me tracasse, c’est pas trop ce qu’il y a dans le biberon ou le nombre de fonctionnaires: c’est surtout comment, en 24 heures, sur 8 ans, un individu et un seul peut s’enrichir de 19 milliards de $.
    Juste comme cela.
    Juste un, juste comme ça, quelque soit son génie, alors qu’un autre bon milliard et demi d’individus vit simplement avec moins de 2 $ par jour.
    Tout cela me semble donc bien tourner bizarement, quelque soit la tendance, gauche, droite ou centre.
    Interrogeons nous, demain sera trop tard !
    Bises
    Lulu

    • Oui mais pas juste un seul.
      Comme Steve Jobs, Larry Page et Sergei Brin avant lui, Zucherberg donnera 195 millions (10%) à l’Etat de Californie pour « les autres » (les profs, les cops, les routes, les services sociaux etc… ). Et comme il est de bon ton dans le pays (et encouragé fiscalement), on peut s’attendre à une autre « Bill & Melida Gates Foundation » (dotée du budget de fonctionnement de l’OMS !) pour lutter contre la misère, la maladie, l’illétrisme ou je ne sais quelle autre cause. Et c’est justement ce qui me tracasse. Aussi obscene soit-elle, cette bonne fortune semble utile au plus grand nombre… et sans doute fait-elle « bonne presse » à la Californie pour attirer les Facebook de demain. Question de balance : jusqu’à quel point peut-on partager le succès sans le décourager? Facebook serait-elle encore en Californie (ou même existerait-elle ?) avec une taxe à 15%? à 30%? à 75%?
      Celui qui trouve la réponse gagne un prix Nobel !

      • Oui, c’est juste, Zucherberg va donner 195 millions à l’état californien, il lui en restera donc 18 milliards et quelques.
        Il pourra créer une fondation, qui a un budget supérieur à celui de l’OMS, comme Jobs…., il pourra vacciner des enfants, dont peut être les parents auront travaillé dans des usines sous traitantes d’Apple, Microsoft et autres.
        Quant à la France, Mrs Pinault et Arnault travaillent plus sur leurs musées respectifs et l’achat de grands crus bordelais que sur des fondations caritatives « qui profitent au grand nombre ». C’est peut être lié à une politique fiscale moins incitative qu’outre altlantique pour ce type d’activité.
        C’est peut être aussi pourquoi nous ne savons pas encourager  » le succès » dès le biberon, à cause des taxes à 75%, des musées « fondation privée » et des grands crus classés.
        Cela me tracasse : serait ce culturel ?

        • Ouaip. D’ailleurs le succès du secteur secteur viticole français est indiscutable. Et comme c’est bon pour la santé, pas besoin de se racheter une bonne conscience avec des fondations à la con ;-)
          In vino veritas !

  2. Ok pour moi la question est : est-ce que le fait qu’il puisse avoir X milliards rend d’autres plus pauvres et qui ?

    • Tout à fait d’accord. C’est toute la différence entre créer et exploiter. Préparer un plus gros gâteau ou se réserver la plus grosse part de celui de la veille ! C’est dans la pâtisserie que se trouve l’avenir du monde ;-)

  3. je vois que les Bretzel’s et les Bredele’s te manquent atrocement. Faudra revenir à Noël à Strasbourg

 Réagir à cet article

(required)

(required)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>